• Far Cry Primal

    Lire la suite...


    9 commentaires
  • The Witcher Wild Hunt

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Mirror's Edge Catalyst

           Depuis le temps que je l'attendais, j'ai enfin réussi à me procurer Mirror's Edge Catalyst. J'en attendais évidemment beaucoup, après un Mirror's Edge première mouture de grande volée. Et forcément, Damstarr, quand il attend un jeu il l'adore d'emblée... Et ben pas obligatoirement...

     

    Mirror's Edge Catalyst        Autant vous dire que dès que je l'ai eu en main, il a fallu que j'insère le disque tant convoité dans la boite à malice de Sony de suite ! Et après une intro courte et bien amenée suivie d'une petite demi-heure de jeu... bah, pas grand chose... Je me suis retrouvé perdu, dans un univers sans forme, ni fond, essayant de suivre une intrigue un peu bâclée et assez éloignée du premier opus qui m'avait tant marqué. La ville, censée être gigantesque, ne l'est pas vraiment, elle paraît vide de toute âme malgré le mal que ce sont donné les développeurs à représenter une circulation dense dans les artères urbaines en contrebas.

    Mirror's Edge Catalyst       En un mot, Faith (L’héroïne donc...) se retrouve quasiment seule dans ce terrain de jeu. Et oui, il y a un bon point, l'espace de jeu et le gameplay qui va avec ! Toujours axée sur le Parkour, la progression acrobatique de Faith à travers les différentes structures de la ville est un véritable plaisir, malgré quelques bugs assez énervants. On court sur les murs, on escalade, on "double-saute" et on peut même jouer au funambule sur un câble tendu entre 2 immeubles.

    Mirror's Edge Catalyst        Au cours de l'aventure, vous pourrez débloquer plusieurs compétences ( Pas des masses non plus ) concernant le Parkour, les gadgets et le combat. Et oui, combat il y aura... Enfin, ne vous affolez pas, il n' y a rien de bien folichon, coup de savate, esquive et enchainement au poing... Vous l'aurez compris, mieux vaut eviter le corps à corps qui devient vite brouillon quand vos adversaires sont nombreux...

    Mirror's Edge Catalyst       Le gros point noir de Mirror's Edge Catalyst, mais alors très noir et très gros, reste, à mes yeux, le nombre excessif de missions FedEx ( Pour ceux qui l'ignorent, ce sont des missions "va chercher", "ramène-moi ce truc" ou encore "va livrer ça, débile"). Je n'ai pas compter le nombre de missions principales de l'aventure, mais je pense que si on atteint 15 c'est tout juste acceptable ! Je trouve ce choix des développeurs honteux ! Vous n'avez qu'à regarder la carte ci-jointe pour vous rendre compte du joyeux bordel que nous propose EA.

    Mirror's Edge Catalyst       Voilà, ajoutez à cela, des graphismes très moyens ( Le premier étant, pour moi, plus réussi ), un personnage principal peu attachant ( Alors que Faith était hyper charismatique dans le premier épisode ), des lags de folie en cours de jeu ( même dans les cinématiques ) et vous obtenez un titre assez décevant ! Bien en deçà de ce que l'on aurait pu attendre... Dommage, ça avait pourtant bien commencé !

     

     


    3 commentaires
  • Resident Evil 7

    Lire la suite...


    4 commentaires
  •       Project cars

          " Cole vas-y molo sur les pneus !!". Ouah !! Quelle culture cinématographique Damstarr !! Mais vous aurez tous aurez tous reconnu cette phrase tirée du film ---- -- ------- ! Bref, nous y voilà ! L'odeur de l'asphalt brûlant, les crissements de pneus et les vrombissements de moteurs surboostés. Tout ça, c'est dans Project Cars ! Gentleman, start your engines !!

     

           Dès l'acquisitioProject carsn de la séduisante et non moins performante Playstation 4, je m'étais convaincu de posséder au moins un jeu de simulation automobile dans le genre de Gran Turismo 5 (Simulation grand public, j'entends). Ce jeu, je l'ai trouvé, même si celui-ci demeure un cran au dessus du hit de Polyphony Digital en matière de réalisme (N'excédant pas un Assetto Corsa, autrement plus technique). Ce qui démarque ce titre des autres productions du même genre, c'est qu'il a été développé et financé avec l'aide d'une communauté de fan de sport automobile active et concernée puisque celle-ci à même participé à la création de bolides fictifs (Marek et RWD).

    Project cars      Malgré un manque cruel de véhicules jouables (A peu près 75 au début), Project Cars nous propose un grand nombre de circuits dont la plupart sont de grands noms des compétitions mondiales (Le Mans, Spa-Francorchamps, Monza ou encore Silverstone). Le nombre de voitures s'étoffera malgré tout grâce à des DLC gratuits. Véhicules et circuits sont bien modélisé, même si quelques décors semblent un peu grossiers (Enfin, après, à pleine vitesse, essayez de trouver les défauts sur un buisson...).

    Project cars       Le point fort de Project Cars reste, à mon avis, la conduite et ses sensations. En effet, en vue intérieure ou vue casque, le ressenti de la piste est criant de vérité et l'impression de vitesse est bien présente. Je rencontre quand même quelques soucis à la manette lorsque je dois rattraper mes nombreuses erreurs de conduites. Le volant semble être plus approprié (Qui conduit avec une manette de nos jours ?).

    Project cars       Le jeu bénéficie d'une bonne durée de vie en proposant trois challenges assez relevé (Même à mon petit niveau) et conséquent en termes de longévité. En ligne, Project Cars se révèle tout aussi attractif, même si j'arrive à me prendre quelques pillules mémorables... (Je vous avez prévenu, je ne suis pas forcément bon ...).

           Enfin bref, encore un bon jeu dans l'escarcelle de Damstarr ! Allez un petit bémol en passant pour le consoleux que je suis : Pas d'écran splitté en multi local ... dommage !... pour moi...

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique