•  

    The Warriors

     

         Des coups, du sang et des mollards !!! Des coups du sang et des mollards !!! Merci Rockstar !!! Merci d'avoir développé ce titre mythique ! Sorti en 2005 sur PS2 et XBox, The Warriors est une adaptation du film "The Warriors" ou "Les guerriers de la nuit" en France... Film d'anthologie réalisé par Walter Hill ( 48 heures, Wild Bill, Double détente, Deadwood... ) en 1979 ! Accrochez vous à vos boots et attachez vos pantalons pattes d'eph' ! Ça va saigner !!

    The Warriors     Et le sang va couler, croyez-moi ! Ce titre est d'une violence rare, tout aussi violent que le fut le film à sa sortie... Ce long métrage avait marqué ma jeunesse et je dois dire que je n'ai pas vraiment réfléchi lorsque j'ai découvert ce titre dans les étagères de mon revendeur favori ! Le scénario est un simple copier / coller de celui du film, une vraie adaptation ! L'histoire se déroule à New York dans les années 70 alors qu'une multitude de gangs rivaux se partagent les bas-quartiers de la ville... A Coney Island, Les Warriors mènent la danse... Ils sont convoqués, ainsi que toutes les autres bandes, par Cyrus, le leader des Gramercy Riffs, le gang le plus respecté et redouté de la grosse pomme. Cyrus veut unifier toutes les bandes pour contrer les forces de police et la mafia ( Can you dig it !!!! )... Et hop ! C'est là que ça part en couille ! Cyrus est assassiné et les Warriors, pourtant innocent, sont accusé du meurtre ! C'est le début de la sanglante cavale des Warriors qui devront rejoindre leur QG avec tous les autres gangs au cul !

    The Warriors     Ici, pas de Pat' patrouille ou de Thomas et ses amis ! Les membres des différents gangs sont, pour la plupart ( Pour ne pas dire tous ), bien frappé et chercheront à faire la peau aux 9 Warriors selon leur rituel bien à eux ! Et oui, 9 Warriors ! Il y a Cleon, cofondateur du gang avec Vermin, Ajax est l'obsédé/cogneur/psychopathe du groupe, Swan le plus posé et stratège, Cochise est rapide et agile, Fox est le p'tit malin de la bande, Cowboy ne lâche jamais son chapeau, Snow calme et précis et enfin Rembrandt est le petit nouveau, spécialiste du tag ! Pour retourner dans leur QG, ils devront traverser toute la ville et se frotter aux 21 autres gangs qui veulent leur faire la peau ! Ceux à noter sont : Les baseball Furies ( mes préférés ), Les Gramercy Riffs, Les Destroyers ( rivaux direct des Warriors sur Coney Island), Les Lizzies ( Gang féminin hargneux ), Les Moonrunners ( Fan de Michael ^^ ), Les Orphans ( Lâches et traitres ), Les Saracens ( Dangereux et respectés ), Les Savage Huns ( Affiliés aux triades et spécialistes des arts-martiaux ) et, pour finir, les Rogues ( Vils et sans morale, leur chef, Luther, n'est autre que l'assassin de Cyrus )...

    The Warriors     Ça en fait du monde hein ? Rockstar oblige, le jeu est violent et immoral ! Il faudra voler des autoradios, braquer des magasins, tabasser les témoins de vos méfaits mais il faudra surtout sortir indemne du traquenard gigantesque qui vous attend ! Grâce à un gameplay simple et efficace, on se sort facilement des embrouilles lorsque l'on est en groupe et que l'opposition n'est pas trop importante ! Mais au fur et à mesure, les membres des gangs rivaux sont plus agressifs et plus nombreux ! Vous pourrez incarner tous les membres des Warriors et donner des ordres aux autres... Au niveau des combats, et beh, c'est du combat de rue ! Tous les coups sont permis, pieds, mains, pieds de biche, poubelles enfin tout ce qui peut faire mal ! Combinaisons de coups meurtrières, prises de catch brutales et coups spéciaux dévastateurs, tout y est pour faire saigner du nez ! On peut même se mettre à plusieurs sur un type ou finir un gars avec des éléments du décor avec une animation du plus bel effet !

    The Warriors     Voilà... The Warriors, c'est ça ! Un concentré de violence et d'immoralité, tout ça dispatché dans un scénario simple mais vraiment efficace avec, en prime, un accent porté sur les personnages et leur évolution en fonction de la gravité de la situation ! La tension au sein du groupe et très bien retranscrite... On pourra ajouter un bémol à toute cette belle apologie, le visuel un peu vieillot et une animation un peu rigide et très légèrement saccadée... mais c'est une broutille... Le jeu est loin d'être ridicule, graphiquement parlant... De plus, on notera l'hommage au film d'origine de Walter Hill ! Certains plans sont exactement les mêmes que dans l’œuvre originale, notamment le discours de Cyrus ! Tin, ça m'a fait du bien de parler de ce jeu... ça ravive des souvenirs enfouis depuis bien longtemps.... enfin pas si longtemps, puisque je me le refait au moins une fois tous les 2 ans via Romstation ! J'vous laisse et comme dirait Cyrus lui-même : " Can youuuuu Diiig IT ? "

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Rick Dangerous

     

         La vache !! Là, je fais dans mes premiers amours ! Un jeu que je n'ai cependant jamais terminé, comme beaucoup d'ailleurs ! Ce jeu était d'une difficulté de malade ! Je me revois, à douze ans, doux comme un agneau ( Hum hum ! ), toutes mes dents, en train de défoncer mon Joystick Speedking en rageant devant mon écran de CPC 6128 ! Le bon vieux temps où, pour finir un jeu, il fallait être un No-life invétéré et ne pas avoir d'amis ! J'avais des amis...

    Rick Dangerous     Rick Dangerous a été développé en 1989 par Core Design ( Tomb Raider, Chuck Rock, Blam ! Machinehead ... ) et édité par Firebird ( Savage, The Sentinel... ) sur différents plateformes de jeu de l'époque : Amstrad CPC, Atari ST, Amiga 500, Commodore 64 et Spectrum... ça ne nous rajeunit pas tout ça ^^ ! Dans Rick Dangerous, vous incarnez un aventurier nommé... euh non... vous savez tous comment il s'appelle ! Rick devra parcourir 4 niveaux : Un temple aztèque en Amérique du sud, une pyramide égyptienne, un château allemand et une base de lancement de missiles... c'est court me direz-vous... eh ben, j'ai jamais franchi le château allemand de Schwarzendumpf ! J'vous l'avez bien dit que j'étais une burne ^^ ! Bon, maintenant, on va taper dans le gras... le gameplay et la difficulté ardue du titre ! C'est parti... Damned ! Maudits souvenirs !

    Rick Dangerous     Malgré son attirail d'aventurier, Rick ne fait clairement pas le poids face au surnombre d'ennemis et de pièges qui s'opposent à lui ! Chaque mouvement doit être effectué au millimètre près voire au poil de c... de torse !! De torse !!!! Sous peine de perdre une vie parmi les six qui vous sont octroyée ! Et six vies, c'est très, très, mais alors très "just" pour terminer ce jeu... surtout que lorsque vous perdez vos six précieuses vies... vous recommencez tout ! Même si vous êtes au dernier passage du jeu, vous reprendrez au début de l'aventure ! Extrêmement punitif !! Niveau gameplay, Rick pourra sauter, débloquer un passage avec sa dynamite ( 6 bâtons dispo ), se baisser pour éviter les fléchettes meurtrières, Tirer avec son gun les 6 bastos qu'il possède et donner des coups de bâtons aux adversaires ( Illimité, ouf ! ), ce qui les gèlera pendant un court instant et vous permettra d'esquiver tout ce beau monde ! En gros, la moindre erreur étant décisive, il faut connaitre les niveaux par cœur et aiguiser ses réflexes à chaque nouvelle tentative... Au bout du compte, ça reste un excellent souvenir vidéoludique ! 

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique