• Outlast Whistleblower

    Outlast Whistleblower

    Outlast Whistleblower

     

         Et voici le DLC qui prolonge l'aventure horrifique d'Outlast ! Toujours issu de la trilogie nommée "Trinity"! Whistleblower est-il aussi barré que son prédécesseur, va t-il vous retourné le cerveau comme son grand frère ? Je vous donne mon avis dans l'expérience de jeu qui suit ! L'article sera un peu plus court que les précédents puisque ce jeu n'est qu'un DLC et reprends la même mécanique de gameplay qu'Outlast. Croyez-moi, il vaut franchement le détour...

     

    Outlast Whistleblower     Décidément, les gars de Red Barrels sont complètement fêlés ! Outlast premier du nom était déjà un concentré de violence et de terreur, mais Whistleblower est, à mes yeux, bien pire encore ! Oui-oui-oui-oui ! C'est possible ! Les développeurs ont forcément eu une enfance difficile, maculée de maltraitance et d'humiliation, sinon je ne comprends pas d'où peut sortir toute cette cruauté et cette déchéance psychologique ! Ou bien ils se sont drogués, ce qui semble plus plausible... Ou alors, ça se passe comme ça chez eux et, pour le coup, c'est un film de famille ! Enfin bref ! Tout ça pour vous dire, que ce jeu est extrêmement violent et qu'il n'est donc pas conseillé à toutes les tranches d'âge.

     

    Outlast Whistleblower     Je vous propose, donc d' entrer dans le vif du sujet en abordant le pitch du jeu. Whistleblower débute dans l'asile de Mount Massive, au moment ou Waylon Park, ingénieur informatique employé par la Murkoff Corporation, dénonce les activités suspectes de la compagnie via mail. Ce message d'alerte sera réceptionné par le protagoniste du premier opus, Miles Upshur, notre journaliste téméraire. Malheureusement ( Tu m'étonnes !! ), Waylon sera repéré et incarcéré dans ce même asile dans lequel il subira les mêmes sévices que les résidents du site. Et ça, c'est bien dommage, parce que ces tortures sont vraiment ignobles ! Waylon parviendra t-il à s'échapper ? C'est là que vous entrez en jeu ! Bon courage !

     

    Outlast Whistleblower     La mécanique de jeu reste la même que dans Outlast, aucune différence n'est à noter entre les deux jeux. Vous me direz : " Ce n'est qu'un contenu additionnel, abruti !" et vous aurez bien raison... sauf pour abruti...Les différences entre Outlast et Outlast Whistleblower sont purement scénaristiques. On notera l'utilisation plus intensive de la vision nocturne et beaucoup moins de piles à collecter ce qui peut vraiment stresser lorsque l'on entends le bip de la batterie vide retentir alors qu'un Variant vous cherche dans le noir afin de vous coller je ne sais quoi dans l'anus ou pour vous ouvrir le bide afin d'y placer une brosse à dents. Oui je sais c'est un peu débile mais ça colle vraiment à l'esprit du jeu, n'oubliez pas que tout se déroule dans un asile dans lequel les fous sont rendus plus fous encore. Un ancien dentiste pourrait tout à fait songé au coup de la brosse à dents, j'en suis sûr !

     

    Outlast Whistleblower     Et parmi nos amis aliénés, il existe des tares de la nature, des sujets ayant plutôt mal réagis au test élaborés sur eux. On en compte trois dans Whistleblower ! Enfin cinq puisque, dans le tas, il y a les jumeaux à poil présent dans le jeu original, comme si le jeu n'était pas assez difficile ! Frank Manera est le cannibale de service ( Je me suis abstenu de vous montrer la vidéo dans laquelle il bouffe, c'était au dessus de mes forces ), Dennis est un psychopathe ayant de multiples personnalités et, j'ai gardé le meilleur pour la fin, Eddie Guskin qui veut à tout prix trouver une femme pour se reproduire. Le hic c'est qu'il n'y a pas de femmes à Mount Massive, mais qu'à cela ne tienne... Eddie est prêt faire son affaire avec un homme qu'il féminisera à l'aide d'une scie circulaire en guise de fendoir ! Alors lui, je vous préviens, il détient le pompon d'or ! Et il a vraiment une envie pressante, il ne vous lâchera pas facilement. Ça me rappelle moi, en boîte, bourré comme un coing, en train de saouler une cousine, accoudé au comptoir : " Ouaich' mad'moiselle, vous êtes franchement très charmante, donn' moi ton phonetel mad'zelle ! Vas-y fais pas ta rapace....", le gars bien lourd quoi !

     

    Outlast Whistleblower     Une bonne suite donc, aussi bien que le jeu de base, qui fait parti des jeux que j'affectionne le plus ! Peut-être un peu trop crade pour certain mais tellement différent de ce que l'on peut trouver à l'heure actuelle en matière de Survival Horror. J'attaque Outlast 2 qui, après les premières minutes de jeu à l'air bien barré aussi. Le jeu est interdit en Australie pour cause de violences sexuelles explicites, c'est vous dire la portée de ce titre ! A tout les amateurs de gore et d'horreur, allez-y les yeux fermés ! Mais vous ne fermerez plus les yeux de la nuit !!!

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :