•  

    L'escape-game grandeur nature, ça vous tente ?

     

         Ça, c'est un truc qui me botte ! J'adore titillé l'Escape-game sur PC ou Smartphone... c'est un passe-temps très agréable qui peut pourtant tourner au cauchemar mais qui a le mérite de faire bosser notre matière grise... Il fallait à tout prix que j'en fasse un, mais grandeur nature ! C'est chose faite aujourd'hui grâce à notre soirée "Bites" trimestrielle ! Yiha ! C'est excellent ! Comment ça :" C'est quoi une soirée "bites", monsieur ? Putain, mais faut tout vous dire ! C'est une soirée entre potes du genre masculin pendant laquelle on se pète la ruche en jouant à des jeux vidéo et en écoutant des vieux titres rap US ! C'est simple, non ?

     

    L'escape-game grandeur nature, ça vous tente ?

     

         C'est presque ça ! On s'en rapproche, sauf qu'on est des vrais nous ! On tient le coup ! C'est surtout qu'on a réduit les quantités ^^ ! Bref... c'est pas le sujet ! Pour notre dernière soirée entre couilles, nous avions convenu de commencer la fiesta par un Escape-game à Tours Nord... Le Too Late ! Samedi 17 Novembre et première apparition des gilets jaunes oblige, nous sommes partis beaucoup plus tôt pour arriver à l'heure... Et nous sommes arrivés beaucoup plus tôt ^^... pas grave on a bu un canon en attendant !

     

    L'escape-game grandeur nature, ça vous tente ?

     

         Et bop ! Z'est barti ! Hips ! Après un accueil sympathique et une tournée au chiotte, nous voilà parti, à la queue leu-leu, un bandeau sur les yeux, pour pénétrer dans "l'antre de Satan"... un manoir hanté par le malin ! On nous laisse le choix : Sortir du manoir, vaincre le démon ou les deux ! Si on arrive à sortir ce sera déjà pas mal ! La porte claque violemment derrière moi ! C'est parti, nous voici dans une pièce lugubre décoré par Charlie Oleg je pense ! Tenez ! Pour vous mettre dedans !

     

     

    Intérieur rétro et marqué par le temps, piano abimé et partition comportant le premier indice... un coffre fort est intégré au mur face à nous... trois chiffres à trouver pour l'ouvrir... non sans mal, on s'en sort... lentement mais sûrement ! A suivre un couloir sombre et une porte au fond sous laquelle on peut distinguer de la lumière... on entre dans la chambre des poupées ! Bien flippante je dois dire... Après plusieurs énigmes un indice nous renvoie dans le couloir légèrement éclairé cette fois ! Tableaux inquiétants, griffures aux murs et nom de démons peinturluré avec du sang ! J'y pénètre avec mon meilleur pote, les deux autres restant sur le pas de la porte... Une porte claque violemment, je me chie dessus et me colle au mur en constatant que mon pote est retourné en courant dans la chambre... enfoiré ! Je longe les murs pour récupérer un indice au bout du couloir ! Après moult résolutions d'énigmes, une trappe s'ouvre dans le couloir ! Tout le monde s'agenouille... à quatre pattes pour arriver dans une pièce lugubre... ça y est nous y sommes, l'antre de Satan... un autel avec une tête de démon, un coffre, des indices à tout va... Après un rituel à effectuer dans les différentes pièces du manoir... nous avons exorcisé le démon... mais restons coincés... défaite cuisante ! Mais un début de soirée réussi et la suite le fut tout autant !

     

    L'escape-game grandeur nature, ça vous tente ?

     

         Malgré ce qu'a pu dire la jeune fille du staff ( Déçue que nous n'ayons pas trop flippé ), je dois dire que les portes qui claquent, cette ambiance pesante, les poupées qui tombent des murs les miroirs qui bougent tout seuls et autres réjouissances m'ont bien stressé... Petit bémol... un peu cher ! Mais quel bon moment ! Et vous, ça vous tente ?

     


    5 commentaires
  •  

    L'arche du Capitaine Blood

     

         Tin ! Là je suis parti loin ! Presque au début, dirai-je même ! Au début de ma passion pour tout ce qui touche au jeu vidéo ! Je crois même pouvoir dire, sans me tromper, que "L'arche du Capitaine Blood" est ma première claque vidéoludique... Depuis 2011, une news éveille ma curiosité... un développeur indépendant prépare Capitaine Blood Legacy... une sorte de reboot qui à l'air somptueux... problème, le gars est tout seul et très limité niveau financement ! En espérant que ce jeu viendra un jour au monde !

    L'arche du Capitaine Blood     Un titre passionnant et surtout énorme pour l'époque ! Développé en 1988 par Exxos pour ERE Informatique, l'arche du Cpitaine Blood a vu le jour sur Atari ST, Commodore, Amiga, CPC, enfin la plupart des plateformes de l'époque... Un petit synopsis trouvé sur le net qui m'a ravivé la mémoire sur les subtilités du scénario... Bob Morlock, un programmeur de jeux vidéo de la fin des années 1980 surnommé Blood, cherche en vain l'idée de jeu qui lui permettra de sortir de la misère dans laquelle il est plongé depuis quelques années maintenant ; c'est en invitant un vieil homme à boire un verre au bar qu'une idée lui vient en tête : le vieillard est persuadé que les extraterrestres existent et qu'ils sont cachés dans les jeux vidéo.

         L'arche du Capitaine BloodRentré chez lui, Bob décide de réaliser un jeu où il sera question de combattre les extraterrestres à l'intérieur même du programme. Plusieurs mois de travail plus tard, Bob lance son programme et se dématérialise complètement...Il réapparait alors dans son jeu, dans le corps de Captain Blood aux commandes de l'arche qu'il a lui-même programmée, perdu au fin fond de l'Hydra, l'univers qu'il a créé. Mais à peine est-il arrivé qu'une attaque foudroyante contre son vaisseau le force à fuir en mode hyperespace. Durant la fuite, l'un des systèmes du vaisseau est endommagé et Blood est cloné en une trentaine d'exemplaires, ce qui lui vole une partie de son fluide vital et donc le condamne à se transformer petit à petit en robot. Il doit donc sans attendre partir à la recherche de ses 30 clones.800 ans plus tard, Blood est parvenu à retrouver 25 de ses doubles et à les détruire ; il en reste cependant encore 5 qui ont, avec les siècles, appris à se cacher. Les retrouver s'avère donc être une tâche très difficile pour Captain Blood, qui a déjà perdu une grande partie de sa forme humaine et auquel il ne reste plus que peu de temps avant de disparaître définitivement.

    L'arche du Capitaine Blood     Voilà, le pitch est un peu long mais c'est l'original ! Vous voilà donc parti à explorer l'Hydra, un univers de pixels tous explorables, certains comportant des planètes habitées, des planètes désertes et d'autres rien, mis à part le néant ! Pour atteindre la surface d'une planète, il vous faudra atterrir en ne volant pas trop haut pour éviter d'être anéanti par le système de défense ! Une fois sur la terre ferme, un habitant viendra vous taper la tchatche ! 14 espèces sont présentes chacune ayant ses ennemis, amis, besoins et envies : les Antenna : créatures très amicales, les Buggol : espèce poussant les principes démocratiques à l'extrême, les Croolis : êtres au « cerveau musclé », séparés en deux espèces antagonistes (Croolis Vareux et Croolis Ulvés), les Izwal : pacifistes, les Kingpak : créature grotesque, les Migrax : grands voyageurs, les Ondoyantes : créatures de rêve, les Robheads : têtes d'anciens androïdes réduites à l'état végétatif, les Sinox : travailleurs très intelligents, les Tubular brainers : cerveaux tubulaires, les Tricephals, les Tromps : inoffensifs et têtus, les Yukas : espèce belliqueuse et enfin les Numéros : les clones que Blood doit anéantir ... ça en fait du monde !

    L'arche du Capitaine Blood     Le top dans "L'arche du Capitaine Blood", c'est le système de dialogue ! Vous aurez à votre disposition une multitude de logos ayant pour signification un mot, une race, un verbe... enfin, tout ce qu'il faut pour pouvoir communiquer ! C'est assez étonnant, dans un premier temps... on peut avoir des conversations assez poussées pour l'époque ! Les réponses peuvent même, parfois, être hilarantes ! Certains vous demanderont des services ( Tuer une race ennemie, leur arranger un coup avec une ondoyante... ) en échange d'informations ! Celles qui vous intéressent étant,  principalement, les coordonnées de planètes des Numéros à éradiquer... Sachez d'ailleurs, qu'à n'importe quel moment, vous pouvez décider de détruire une planète d'une simple pression sur un bouton... cela déclenchera une destruction du plus bel effet ! Ce jeu est encore jouable sur des émulateurs en ligne ou sur des sites d'abandonwares ! Tin ça fait du bien un peu de nostalgie !

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires